Actions sur le document
Léopold SURVAGE. Abstrait ou cubiste?

Léopold SURVAGE. Abstrait ou cubiste?

    • Quand Du 28/10/2017 14:00 au 14/01/2018 18:00 (Europe/Brussels / UTC200)
  • Catégories de l'événement Arts plastiques, Expositions
  • Ajouter au calendrier iCal
2 COMPOSITION 1915
Composition, 1915,
huile sur toile
©Musée de Béziers

L'amitié entre Ianchelevici et le peintre d'origine russe Léopold Survage (Moscou, 1879 – Paris, 1968) offre l'occasion de redécouvrir l’œuvre de cet artiste incontournable de l'Art moderne français. Les deux hommes se sont rencontrés sur le chantier du Palais des Congrès de Liège en 1958. L'un réalisait un bas-relief monumental, l'autre une formidable fresque de 100m².

Ce lien permet, pour la première fois en Belgique depuis l'entre-deux guerres, de rassembler une cinquantaine de toiles prestigieuses de Survage. Cet ensemble rétrospectif issu de musées et de collections privées questionne une Oeuvre multiple passée de l'abstraction au cubisme avec égal bonheur.

Après avoir découvert les avant-gardes dans sa Russie natale, Survage s’installe à Paris en 1908. Introduit par Apollinaire dans le milieu des avant-gardes, il y développe une oeuvre singulière. Sa série des Rythmes colorés constitue une des premières explorations de la toute jeune abstraction. Il participe ensuite au mouvement cubiste de manière tout aussi révolutionnaire. Le peintre cherche à développer autrement les avancées de Braque et de Picasso. Il délaisse leurs tons gris-beige pour une couleur joyeuse et applique audacieusement au Paysage la frontalité de la perspective ainsi que la décompositions des plans. La Méditerranée qu'il découvre en 1915 apporte à ses célèbres représentations de villes la lumière et la chaleur des couleurs acidulées. Il s'approche de l'onirisme du Surréalisme en des thématique s qui rappellent parfois celles de Chirico. Dans les années 1920, la découverte de Collioure et de la Catalogne, l'amène à structurer l'espace. Une gamme de tonalités sourdes, d'ocres et de noirs puissants durcissent ses figures qui se doublent d'une dimension mystique dont sa peinture ne se départira plus, malgré un retour aux tons joyeux dans les dernières années de sa vie.

L'exposition est placée sous le commissariat de Daniel Abadie, historien de l'art, ancien conservateur au Centre Pompidou et directeur pendant dix ans du Jeu de Paume, auteur de nombreux ouvrages sur l'art moderne et les artistes contemporains.

Rétrospective itinérante présentée aux Musées de Béziers - Caserne Saint-Jacques, Béziers du 28 mars au 11 juin 2017, au Musée Pierre André Benoît, Alès, du 30 juin au 8 octobre 2017, au MiLL - Musée Lanchelevici, La Louvière (Belgique), du 27 octobre au 14 janvier 2018 et au Musée de la Faïence et des Beaux-arts, Nevers, du 10 février au 29 avril 2018

Un bel ouvrage de 168 pages, abondamment illustré accompagne l'exposition. Ed. Somogi.